Prendre rendez-vous Plateforme l'Avancée

DESCENTE D'ORGANES PROLAPSUS

Suivre L'AVANCEE et le CRSF sur YouTube est maintenant possible : Retrouvez nous vite
  1. Accueil
  2. Spécialités
  3. CHIRURGIE GYNECOLOGIQUE ET MAMMAIRE
  4. DESCENTE D’ORGANES PROLAPSUS

Votre chirurgien vous a proposé une chirurgie du prolapsus , vous intégrerez le parcours de chirurgie du Centre l’Avancée. Notre équipe pluridisciplinaire ayant une expertise en douleur pelvi-périnéale (gynécologues, urologues, digestifs, kinésithérapeutes) permet de traiter des cas complexes.

Une évaluation par échographie périnéale permet d’expertiser au mieux la pathologie, afin de réaliser le traitement le plus adapté.

DESCENTE D'ORGANES PROLAPSUS

QUEL EST LE BUT DE CETTE INTERVENTION ?

La vessie, l’utérus et le rectum peuvent être descendus à des degrés divers dans le vagin. L’intervention permet de les remettre en place et de les fixer dans le petit bassin.

Elle peut permettre de traiter dans le même temps opératoire, certaines manifestations souvent associées au prolapsus, comme une incontinence urinaire.

Elle peut comporter l’ablation de l’utérus, voire l’ablation des ovaires.

PAR QUELLE VOIE ?

Toutes les voie d’abords sont possibles : voie vaginale, prothétique , autologue, coelioscopique.

Chaque technique doit être adaptée à la patiente l’âge, l’activité physique et sexuelle, du souhait et de ses antécédents.

Pour les cas complexes une réunion de concertation pluri-disciplinaire a lieu et permet à l’issue d’une réflexion , une thérapeutique se voulant être la plus adaptée aux patientes. Elle réunit des Chirurgiens Gynécologues, Chirurgiens Urologues, Chirurgiens digestifs, Anesthésistes spécialistes douleurs, Radiologues, Gynécologues médicaux, Kinésithérapeutes, Ostéopathe, Infirmière d’annonce, Sophrologue.

COMMENT SE PASSE L’INTERVENTION ?

Elle s’effectue le plus souvent par anesthésie générale, mais peut être réalisée sous rachi-anesthésie ou péridurale, selon votre cas et les décisions du chirurgien et de l’anesthésiste.

Le traitement des prolapsus ne nécessite qu’une courte hospitalisation de 24 à 48 heures maximum. Elle peut également être effectué en ambulatoire (hospitalisation d’une journée), grâce à la faible agressivité de la voie coelioscopique et de la voie vaginale.

L’intervention peut se dérouler de 3 manières avec possibilité de promontofixation : DESCENTE D'ORGANES PROLAPSUS 1

Par voie vaginale :

  • L’intervention se déroule alors par les voies naturelles et ne comporte pas d’incision abdominale.
  • Parfois cependant, selon la présentation clinique, les antécédents de la patiente, ou la nécessité d’ablation des ovaires, il peut être nécessaire d’avoir recours à une cœlioscopie.
  • Une prothèse peut être mis en place si cela est nécessaire, ou la reconstruction peut être pratiqué en utilisant vos propre tissus, technique dite « autologue ».

NOTE D’INFORMATION PROLAPSUS PAR VOIE VAGINALE

Par voie coelioscopique :

Pour permettre la bonne visualisation, un gaz (gaz carbonique) est insufflé dans l’abdomen. Cet examen peut permettre de déceler des anomalies indécelables par d’autres examens (comme de l’endométriose ou d’autres anomalies) L’intervention se déroule par des incisions abdominales : L’intervention consiste à fixer une ou deux prothèses non résorbables aux organes pelviens pour les tirer vers le haut et les « remettre en place ». La fixation de ces prothèses se fait sur le promontoire, qui est la partie la plus antérieure de la colonne vertébrale, située quelque centimètres sous l’ombilic.

NOTE D’INFORMATION PROLAPSUS VOIE COELIOSCOPIQUE

Par voie abdominale :

  • De manière plus rare, si les autres techniques ne sont pas réalisables.
  • Dans ce cas l’intervention est réalisée par une ouverture de l’abdomen, généralement horizontale.
  • La vessie, le rectum, et ou l’utérus sont maintenus à l’aide d’une bandelette fixée à un élément solide du bassin.

QUE PENSEZ DES PROTHÈSES VAGINALES ? COMMENT RÉAGIR FACE AUX PRESSIONS DES MÉDIAS ?

La meilleur réponse à cette pression sont les données scientifiques.
Il a clairement été établie par de nombreuses études que l’utilisation d’un matériel prothétique diminuait le risque de récidive. La survenue de douleurs aux rapports n’est pas plus fréquentes qu’une technique utilisant vos propres tissus. Par contre ce risque est moins élevé par voie coelioscopique.

La technique de prothèse par voie vaginale reste une bonne alternative pour certain cas (récidive, contre indication à la coeliocopie, maladie du col etc… ). Les matériaux utilisés sont conformes aux recommandations .

Bien entendu le choix de la technique sera discuté avec vous en pré-opératoire avec votre chirurgien.

CHIRURGIE AVEC HYSTÉRECTOMIE :

Si vous n’êtes pas ménopausée avant l’intervention:

  • La principale manifestation après hystérectomie est l’absence de règles et l’absence de possibilité de grossesse.
  • Si les ovaires sont laissés en place, leur fonction persistera jusqu’à la ménopause naturelle. Vous n’aurez ni bouffées de chaleur, ni autre manifestation de ménopause après l’intervention.
  • Si les ovaires sont retirés, l’intervention entraine une ménopause, pourra se discuter l’indication d’un traitement substitutif.

Si vous êtes ménopausée avant l’intervention.

  • Il n’y aura pas de modification à long terme.

Dans tous les cas :

  • L’hystérectomie ne modifie pas la possibilité, ni la qualité des rapports sexuels.
  • Elle n’induit pas de prise de poids, ni de dépression.

CHIRURGIE SANS HYSTÉRECTOMIE :

La cure de prolapsus n’empêche pas la possibilité de rapports sexuels, sauf cas particulier signalé par votre chirurgien, la reprise des rapports sexuels ne doit pas se faire avant une visite post opératoire de contrôle.

Equipe médicale Christophe AMIEL
Chirurgie gynécologique et mammaire
PRENDRE RDV
Eric BAUTRANT 2 Eric BAUTRANT
Chirurgie gynécologique et mammaire
PRENDRE RDV
Christine LEVEQUE Christine LEVEQUE
Chirurgie gynécologique et mammaire
PRENDRE RDV